Est-il encore « in » de parler français ?

L’académie française so 17th century ?

 

Aujourd’hui il n’est pas rare de s’asseoir à la terrasse d’un café et d’entendre fortuitement parler nos voisins, mais qu’entend on aujourd’hui ?

De multiples agressions auditives ! Des anglicismes et des barbarismes à la pelle ! On entend des « anyway » des « bitcher » des « news », pourquoi la langue française est si délaissée ?

Il est vrai qu’une langue évolue, le français a emprunté certains mots à l’anglais par le passé et cela s’est très bien passé, mais il convient de se rappeler une chose : une langue c’est une identité, elle nous soude, elle structure notre pensée.

Rappelons nous 1984 et la novlangue, on déracine non seulement en changeant l’Histoire mais aussi en changeant la langue. Aujourd’hui le constat est le même, on fait tout ce qu’il est possible pour déraciner les individus et en faire de bons consommateurs dociles mondialisés, ainsi on mondialise la langue. L’anglais étant une langue simple et parlée dans les pays berceaux de cette idéologie consumériste elle fait office d’idiome mondial.

On choisit donc d’avilir notre langue avec des apports anglo-saxons pour obtenir un rapprochement avec l’anglais qui ne s’embarrasse pas d’autant de subtilités. Cet amoindrissement est caractéristique de notre temps, on préfère délaisser ce qui est considéré comme « useless » pour le pratique, l’utile. On ne se préoccupe plus du niveau de français des élèves, on cherche au contraire à simplifier notre langue pour rattraper leurs carences ; on va arrêter

l’apprentissage de certains temps et modes au prétexte qu’ils sont inusités de toute façon, les accents sont abandonnés car trop compliqués, la ponctuation n’est plus maîtrisée, la phrase n’a plus besoin de respirer. On baisse les bras aux premiers signes d’une nécessaire mobilisation des facultés mentales, la réflexion prend du temps et le temps c’est de l’argent. Comment sauver la langue qui fut celle parlée dans les plus grandes cours d’Europe ? Cette langue qui fut le signe de l’excellence et du raffinement est-elle condamnée à sombrer dans les méandres de la médiocrité ? Nous ne devons pas nous résigner à cela, nous ne le pouvons pas !

Nous devons clamer haut et fort : JE PARLE FRANCOIS !

Frédéric Gawlowski

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire