Note de lecture : Oswald Spengler, l’homme et la technique

Oswald SPENGLER, L’Homme et la technique, 2016, RN éditions. Préface de Michel ONFRAY, présentation de Gilbert MERLIO. Traduit en français par Christophe LUCCHESE.

C’est une bonne nouvelle que de voir réédité l’un des ouvrages majeurs de la philosophie de la technique au XXème siècle, L’homme et la technique, du génial et controversé Oswald Spengler, paru initialement en allemand sous le titre Der Mensch und die Technik, et objet jusqu’alors d’une seule traduction française, réalisée par Anatole Petrowsky pour le compte des éditions Gallimard en… 1958, et objet d’une seule réédition en 1969!

Une anticipation du « choc des civilisations »

Poursuivant sur sa lancée, l’auteur du Déclin de l’Occident (Der Untergang des Abendlandes; T. I et II, 1918-1922), après avoir esquissé une morphologie et une typologie des civilisations du monde qui, suivant la métaphore organiciste, naissent, se développent puis déclinent et meurent d’elle-même, s’intéresse au phénomène de la technique perçu comme facteur essentiel de l’humanité, et plus particulièrement dans ce qu’il nomme les « hautes cultures » ou civilisations occidentales. S’il est pour lui la manifestation de l’esprit créateur, de l’esprit « faustien », ou de « la volonté de puissance » des civilisations occidentales, Spengler, et c’est sans doute là son génie, nous met en garde (dès 1931!) contre la généralisation de ce processus à l’ensemble de la planète, et anticipe notamment le risque encouru par l’Occident en donnant aux peuples alors dominés par les occidentaux accès à la technique, imaginant que ceux-ci pourraient retourner l’arme technicienne, suivant un modèle dialectique hégélien, contre leurs dominateurs, les esclaves renversant ainsi les maîtres, ou, en vocabulaire nietzschéen, les faibles, plein de ressentiment, voulant détruire les forts.

Après les guerres de décolonisation, et surtout depuis le réveil de l’Islam et la déclaration de guerre adressée par les peuples du Sud aux peuples du Nord (par les armes, mais aussi par la démographie), on ne peut que donner raison aux vues prophétiques de Spengler. Sa conclusion: le destin de l’Occident est lié à la technique. S’il ne veut disparaître brutalement sous les coups de boutoirs de ses anciens peuples soumis, c’est par une maîtrise toujours plus accrue et monopolistique de la technique, qu’il pourra se maintenir et mourir de sa belle mort (et non décapité comme un vulgaire mouton de l’Aïd).

Un travail éditorial de qualité

On appréciera notamment la nouvelle traduction de Lucchese, plus fluide que l’ancienne de Petrowsky, qui entendait coller très précisément au texte original. L’introduction donnée par Michel Onfray, dont il profite pour régler ses comptes avec le politiquement correct dont il subit les attaques depuis plusieurs années, permettra au lecteur de se faire une brève idée de l’ouvrage qu’il tient entre les mains, mais c’est surtout la postface de Gilbert Merlio, dont la qualité des travaux de germaniste est établie, qui apportera sa joie au lecteur, en plus du texte central; en effet, en resituant bien l’ouvrage de Spengler dans le contexte intellectuel de sa production, à savoir la réflexion sur le phénomène technicien (au milieu d’auteurs tels que Heidegger, Ernst Jünger, Jacques Ellul), et les aspirations technocratiques issues de la sociologie italienne (Michels, Pareto), Merlio nous permet de bien saisir à la fois les points communs avec ces auteurs et les spécificités de la pensée spenglérienne. En outre, l’index des noms en fin d’ouvrage pourra s’avérer un outil précieux pour d’éventuels chercheurs.

Saluons donc le travail de cette jeune maison d’édition lancée en 2016 (http://www.rn-editions.fr), dont le catalogue nous propose de redécouvrir également quelques grands esprits du XXème siècle, tels qu’Unamuno, Ludwig Klages ou Simone Weil.

Arthur Fournier-Dupont

Auteur: Clovis Deforme

Né à la fin du XXème siècle. A rejoint la Camisole en 2015. Elu à l'Académie française en 2058.

Partager cet article :

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *